Actualités

Le plomb radioactif : arme de destruction ciblée des cellules cancéreuses

Application_radioactivite

Qui a découvert le plomb radioactif ?

C’est à la fin du 19ème siècle que la découverte de la radioactivité a permis aux physiciens et aux chercheurs de remettre en cause d’importants principes liés à l’atome. Aujourd’hui encore, de nombreux domaines comme le secteur médical, l’énergie ou encore la datation sont touchés par les avancées des recherches sur les différentes théories inhérentes à l’atome.

Pouvoir traiter le cancer avec la radiothérapie

Les scientifiques ainsi que les médecins ont rapidement perçu le potentiel non négligeable de l’utilisation de la radioactivité afin de traiter les cancers par la radiothérapie, dont le principe est d’utiliser des rayonnement ionisants provoquant des lésions dans les noyaux des cellules cancéreuses. Le ciblage des zones est l’un des atouts majeurs en comparaison à la chimiothérapie, qui pour sa part s’applique à toutes les cellules du corps. Les effets secondaires sont par conséquent très nombreux.

Utilisation du plomb 212 dans le cadre de traitements médicaux

On est actuellement toujours en phase de recherches pour l’utilisation du plomb 212, qui présenterait de nombreux avantages en raison de ses caractéristiques physico-chimiques. Grâce à l’énergie produite par un rayonnement alpha, le pouvoir ionisant serait particulièrement efficace, pouvant détruire les cellules cancéreuses. Un espoir pour les cancers du pancréas ainsi que celui des ovaires, où bien trop peu d’options existent pour traiter les cellules. Si le plomb 212 est intéressant pour envisager de tels traitements, c’est en raison de son temps de demi-vie ; il pourrait générer le bismuth 212, qui lui-même ne bénéficie pas d’un temps de demi-vie aussi long.

Binôme antigène / anticorps : la formule parfaite pour le traitement local

Pour traiter efficacement certains cancers, il faut pouvoir utiliser une technique permettant de cibler très précisément la zone à traiter, pour éviter que les rayonnements ne touchent des cellules saines avoisinant la tumeur. L’utilisation de la radioimmunothérapie permettrait, grâce au couplage d’un anticorps avec antigène se trouvant à la surface des cellules tumorales à détruire avec un radioélément. Le but est donc de pouvoir produire des anticorps qui peuvent reconnaître les antigènes présents sur la surface de la cellule cancéreuse ; c’est tout l’enjeu qui a été étudié par la mise en commercialisation du Trastuzumab (Herceptin®), ou encore le Cetuximab, qui peuvent être utilisés respectivement pour un traitement du cancer du sein ou colorectal. Actuellement, des essais cliniques ont lieu afin de pouvoir traiter le cancer du péritoine, lequel est souvent à l’origine de propagation de cancers auprès d’organes voisins.

Conclusion sur l’utilisation du plomb 212

Grâce à la précision démontrée par ce principe actif, l’efficacité et un potentiel économique important, on peut affirmer que l’utilisation du plomb 212 trouve réellement son avenir en radioimmunothérapie. Les recherches continuent dans différentes universités autour du monde, en collaboration avec AREVA Med.